Recherche

Les recherches les plus fréquentes :

La Métropole Européenne de Lille assure la collecte, le tri et la valorisation des déchets ménagers ainsi que la prévention de la production des déchets ménagers et assimilés. Elle s'est dotée d'équipements performants. Elle s’est engagée depuis de nombreuses années dans une démarche respectueuse du développement durable. Elle est l’un des rares établissements français qui assure une complémentarité aussi forte des systèmes de traitement. Elle adapte ses services à l’évolution du gisement. Elle poursuit ses campagnes de sensibilisation et d’information dans le but d’améliorer la qualité du service public.


Les collectes sont effectuées par une société privée au moyen de marchés publics.

La MEL dispose de treize déchèteries exploitées par deux sociétés privées titulaires d’un marché public et de deux garages de véhicules de collecte.

Les équipements de traitement des déchets sont exploités par des sociétés privées au moyen de délégations de service public : un centre de valorisation énergétique à Halluin, un centre de valorisation organique à Sequedin et deux centres de tri à Lille-Loos et à Halluin. Ces infrastructures témoignent du même souci de performance et de préservation de l’environnement. De plus, CVO et CVE sont implantés à proximité d’une voie d’eau, ce qui limite les transports par route et restreint les impacts sur l’environnement. Les déchets sont en effet transportés par péniche entre ces 2 sites.

La Métropole Européenne de Lille (MEL) est un territoire de diversités. Forte de 95 communes, mosaïque d’identités locales, la MEL est à la fois l’un des principaux pôles urbains et l'une des premières métropoles agricoles de France.
Au sein d’un territoire de 672 km² partageant 84 kms de frontières avec la Belgique, des communes de moins de 300 et de plus de 230 000 habitants coexistent. Cette diversité humaine et territoriale est indéniablement une richesse qui fait de la MEL un territoire dynamique, attractif, offrant des opportunités et une qualité de vie à ses habitants et ouvert sur son environnement, ce qui nécessite une offre de service de prévention et gestion des déchets adaptée.
La Métropole Européenne de Lille dispose de la double compétence collecte et traitement des déchets ménagers et assimilés. 
La MEL est propriétaire de ses équipements de pré-collecte (les bacs, les colonnes d'apport volontaire), de collecte (déchèteries, bases de véhicules de collecte), et de traitement des déchets (Centres de tri, Centre de Valorisation Energétique, Centre de Valorisation Organique et quai de transfert et de manutention). À ce titre, la MEL supporte les coûts des investissements correspondants et s’attache à veiller à leur complémentarité. La MEL adapte ses services à l’évolution du  gisement de déchets.
Elle poursuit des actions de sensibilisation et d’information auprès des usagers. L’ensemble des opérations de collecte et de traitement est assuré par des prestataires (exemple SPL Triselec) à travers divers contrats de prestations de service de marchés d'exploitation ou de Délégations de Service Public (DSP).


MODALITÉS DE FINANCEMENT DU SERVICE PUBLIC D'ÉLIMINATION DES DÉCHETS

Les recettes du service sont composées de la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM), des recettes provenant des éco-organismes ainsi que des recettes d’exploitation.
Ces recettes permettent de financer les charges correspondant aux coûts de fonctionnement, aux prestations de collecte et de traitement, ainsi que les charges d’amortissement supportées par la MEL (investissements liés aux moyens de pré-collecte, coût de construction et maintenance des équipements de collecte et de traitement). 
La Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM), qui n’est pas en lien direct avec le service rendu, est une taxe fiscale additionnelle à la taxe sur les propriétés bâties dont elle suit les variations.
Le taux unique de TEOM pour l’ensemble des communes de la MEL a été fixé en 2020 par le Conseil Métropolitain à 13,39%


Les grands principes du Programme Local Prévention des Déchets et Assimilés (PLPDMA)

Depuis 2012, les collectivités territoriales disposant de la compétence déchets doivent définir leur politique de prévention des déchets dans un document réglementaire, le Programme Local de Prévention des Déchets Ménagers et Assimilés (PLPDMA), qui doit être révisé tous les 6 ans.
Le PLPDMA 2017-2021 de la MEL a été concerté avec la Commission Consultative d’Elaboration et de Suivi (CCES) constitué de représentants d’associations locales, des chambres consulaires, de l’ADEME… et d’élus de la MEL.
Il a été approuvé par le Conseil Métropolitain du 2 décembre 2016 et comprend 33 actions réparties selon 6 axes :

  • devenir éco-exemplaire ;
  • réduire les déchets alimentaires et de jardin ;
  • s’engager vers l’éco-consommation ;
  • favoriser le réemploi, la réparation et l’évitement des déchets dangereux ;
  • participer aux actions emblématiques locales, nationales et européennes ;
  • développer des outils de communication et de sensibilisation dédiés au PLP.

Le PLPDMA 2017-2021 avait pour objectif d’expérimenter diverses actions, sur la base de propositions formulées conjointement par la MEL et les communes, afin de généraliser à terme les méthodes et les gestes les plus efficaces sur  l’ensemble du territoire de la MEL


Rapport annuel 2020 sur la prévention et la gestion des déchets

Le Rapport Annuel sur le Prix et la Qualité (RAPQ) du service public de gestion des déchets ménagers et assimilés de la Métropole Européenne de Lille (MEL) est rédigé conformément au décret n°2015-1827 du 30 décembre 2015.
Il répond à l’obligation de l’article D2224-1 du Code Général des Collectivités Territoriales de présenter annuellement devant l’assemblée délibérante de la collectivité compétente un rapport retraçant l’activité et les principales données
chiffrées liées à l’exercice de la compétence prévention et gestion des déchets.
Le RAPQ 2020 porte sur l’année civile, avec des données issues principalement de la MEL, de ses prestataires et des éco-organismes.
L’absence d’observatoire régional des données relative à la prévention et à la gestion des déchets ne permet pas d’intégrer pour le moment des données de références régionales.
La MEL développe depuis 2021 une amélioration continue de la connaissance des quantités de déchets, du suivi de ses prestations et du niveau de détail de ses indicateurs de suivi.
Concrètement, cela se traduit dans le Rapport Annuel déchets 2020 par des corrections et ajustements des données chiffrées de certains flux de déchets pour les années 2018 et 2019.

La concertation
La Commission Consultative des Services Publics Locaux déchets ménagers (CCSPL) est composée d’élus et d’associations. Elle se réunit notamment afin d’émettre un avis sur le rapport annuel du service public de prévention et de
gestion des déchets, et sur la mise en place de nouveaux contrats de délégation de service public.

Rapport annuel 2020


Le schéma directeur des déchets ménagers et assimilés 

Le conseil métropolitain a adopté le 23 avril 2021 son schéma directeur des déchets ménagers et assimilés (SDDMA) 2021-2030.
Un schéma directeur déchets est un plan stratégique de plusieurs années qui définit les orientations et actions à mener dans le domaine de la réduction, de la collecte et du traitement des déchets. Porté par la MEL, ce schéma a été imaginé en concertation avec les Métropolitains, les acteurs locaux, les élus et les villes autour de l’idée que le déchet est une ressource qui doit être valorisée.

Il repose autour de 4 grands axes : 

  • Jeter moins.
  • Trier mieux et plus.
  • Améliorer le service aux Métropolitains dans une espace public de qualité.
  • Moderniser les équipements de traitement des déchets.

Et de plusieurs objectifs à l'horizon 2030 : 

  • Moins 15 % de déchets produits par les Métropolitains, les acteurs économiques et les administrations.
  • Moins 50 % de déchets recyclables et biodéchets présents dans la poubelle des ordures ménagères.
  • 60 % des déchets valorisés ou réutilisés.
  • Une simplification progressive des modes de collecte pour les Métropolitains.
  • Moins 37 % de gaz à effet de serre pour la compétence déchets.